Menu Fermer

La Zone Bleue

Voyages à vélo

48h pour le Ventoux ?

Le projet

Depuis le temps que j’en rêvais!

Ce colosse posé au beau milieu du Vaucluse. Ce mythe. Ses histoires. On le voit bien du train qui va à Marseille. Seul. Le Ventoux.

J’ai une semaine de vacances ce début mai 2019. Youpi! J’y vais à vélo avec pour tout bagage … un slip. Un nouvel épisode de liberté à venir qu’il faudra quand même un peu préparer.

L’idée de départ était de suivre un tracé de 1000 kilomètres qui s’étire de Montgeron (en région parisienne) à Bédouin (au pied du Ventoux). Le topo prévoit 250 kilomètres par jour et propose en option l’ascension de la montagne sacrée sur un cinquième jour. L’événement s’est déroulé en juin 2018. Feuille de route et traces GPS sont toujours disponibles dans cette caverne aux mille trésors. Bon j’ai bien les 5 jours mais la météo de cette semaine est franchement pourrie, à coups de vagues de froid, pluie, orages et vents violents. J’apprendrai plus tard (en fait aujourd’hui en discutant avec un cyclo) que deux jours avant mon arrivée ça avait soufflé à 179 km/h en haut du Ventoux.

Alors on le case où le cycliste dans ce foutoir ?

ScreenHunter 83

J’aurai rarement passé autant de temps à chercher la bonne fenêtre météo …

On a une fenêtre de tir de 48h.

carte_globale

Le tracé (global)

Voilà ce qu’on va faire :

  • l’approche (100 km) : on atterrit à Mâcon dimanche après-midi et on pédale en diagonale (en serrant les fesses à cause du vent) jusqu’au Jura où on retrouve le parcours (sus-décrit) à mi-chemin, le soir
  • la fenêtre (400 km) : on suit le parcours jusqu’au Ventoux lundi et une partie de mardi. en cas d’avarie il restera un créneau de sécurité jusqu’à mardi soir.

500 kilomètres pour 5000 mètres de d+ à caser en 48h …

carte_zoom_departements

Le tracé (par département traversé)

profil_denivele

La courbe du réchauffement climatique ? Non. Le dénivelé. Ca fera en tout 5000 mètres de montée.

Approche : Mâcon > Ambérieu-en-Bugey

(100 km)

dimanche_apres_midi

Le tracé dimanche après-midi > dimanche soir

Dimanche. 16h. Gare de Mâcon. Je me prépare à affronter un vent latéral puissant jusqu’au Jura. Il y aura 100 bornes – pas plus – à tortiller pour éviter les grosses routes départementales.

Progressivement on laisse derrière nous les monts du Mâconnais et rapidement on voit arriver les contreforts du Jura.

Juste le vent de côté à gérer (plus une question pour les nerfs que pour les jambes). Ca sera la rimaye de ce mini-trip. Météo France avait annoncé la couleur : c’est à coups de violentes bourrasques de traviole que je m’achemine vers la destination.

macon_ventoux_48h_mai_2019

Elle est pas un peu penchée l’herbe ?

Oublions les prolongateurs un instant pour mieux réagir à chaque nouvelle tentative de bousculade d’Éole.

Ca sera du grand flat les 80 premiers pourcents puis ça dodelinera dans les contreforts du Jura.

macon_ventoux_48h_mai_2019-2

Oui on va là-bas

Arrivé à Ambérieu-en-Bugey auto-consultation et décision : et si je continuais toute la nuit ? Après tout les cyclistes d’ultra ne s’arrêtent que quand ils ont terminé. Non. Mauvaise idée. Le vent ne se calmera que dans 6 à 8 heures. Ok j’en ai encore sous le pied (avec une sérieuse envie d’en découdre) mais il faut patienter. Donc hôtel de zone commerciale et repos.

macon_ventoux_48h_mai_2019-3

L’accessoire indispensable de tout voyageur : les tongs

Au moment de défaire les (maigres) bagages, oh stupeur les tongs ont disparu. Ca m’apprendra à faire des nœuds à la con. Coup au moral.

Lundi : Ambérieu-en-Bugey > Valence

(200 km)

lundi

Trajet du lundi 6 mai 2019

Réveil à 3h du matin ce lundi, départ à 4h. P***** qu’il fait froid! Je compte sur le pédalage pour me réchauffer, sans pour autant trop faire le malin avec mon cuissard court et mon coupe-vent.

Il se passe pas grand-chose au cours de cette nuit. De la bonne musique, des prolongateurs qui attendent juste qu’on se pose dessus … et les kilomètres défilent.

macon_ventoux_48h_mai_2019-4

Limite une cascade de glace

A 6h30 lumière blafarde et froid sibérien. Ca ne trompe pas : un panneau de bienvenue << Vous entrez en Savoie >>! Je fais une pause de 5 minutes – que je regrette aussitôt – au bord d’un lac brumeux.

C’est beau ce lever de soleil, quand-même.

macon_ventoux_48h_mai_2019-5

La Savoie, le pays du glagla

On passe au stade tremblements. J’accélère le mouvement pour récupérer quelques degrés. A 7h30 j’atterris dans un bar chauffé. Double-café et auto-concertation : je décide d’enfiler un pantalon et un pull. Ca va un peu mieux mais c’est pas pratique pour pédaler. J’ai l’impression de chercher à enfiler des perles avec des gants de boxe.

Une heure plus tard le soleil devient chaud. On repasse aux vêtements de cycliste et c’est la suite des grands paysages. On entre en Isère. La chaîne des alpes défile pendant de belles heures à ma gauche, dévoilant ses sommets majestueux (dont certains sont encore enneigés), jouant avec le soleil et les nuages. Un beau moment de vélo. J’ai du mal à réaliser que je me frotte à ces coins mythiques! Les dénivelés ne sont pas énormes mais c’est pas la Belgique non plus. Les panneaux indiquent le massif de la Chartreuse, Chambéry, Grenoble. Tout ça est juste à une encablure mais c’est pas là que je vais.

On arrive ensuite dans la Drôme. Un très beau coin aussi. Avec le vélo de route qui fonce et aidé par un vent de dos je croque la région à pleines dents.

macon_ventoux_48h_mai_2019-6

La Drôme (du Nord) à vitesse soutenue (par le vent)

On enquille ensuite sur l’Ardèche au bord du Rhône. C’est marrant d’avoir d’un côté les monts d’Ardèche et de l’autre les collines de la Drôme. Au milieu se trouve un immense plateau creusé par le Rhône (sans doute aussi un peu aplani par quelques glaciers, en leur temps).

Il fait chaud. Les kilomètres défilent toujours à vive allure.

Passage à Valence et atterrissage quelques kilomètres plus loin dans le bled de Beauvallon. Le nom ne s’invente pas : c’est beau et vallonné. La chambre d’hôte est perdue au milieu des bois eux-mêmes perdus sur une colline isolée dans une région oubliée. Ca va être calme cette histoire. Parfait pour se reposer de cette première journée. Dommage que je reste que quelques heures ici le temps de recharger les batteries.

Dodo jusqu’à 21h. Réflexion au réveil : et si je repartais de suite ? Non. On va y aller par étapes. Je ne suis pas encore assez aguerri pour enchaîner aussi rapidement. S’en tenir au plan. Je me rendors jusqu’à 3h du matin.

Mardi : Valence > Ventoux

(200 km)

mardi_matin

Ce mardi Drôme au petit-déj et Ventoux au casse-croûte

Bon maintenant je sais que je vais me peler les miches à 7h du matin. Mais je m’en fous. Rebelote : musique à tue-tête, position de confort sur les prolongateurs et enquillage de kilomètres dans la nuit. Encore un beau lever de soleil, cette fois-ci près de Montélimar …

macon_ventoux_48h_mai_2019-7

La route machine

… quelques montées … et de nouveau un froid polaire qui me cueille à 6h30 et me plonge dans un état d’hébétude encore jamais atteint. Il faut dire qu’un vélo de route ça va vite (le froid ressenti). Et un cuissard assorti d’un tee-shirt c’est un peu limite pour les conditions. Débute une nouvelle épreuve de patience : attendre le soleil. Georges Livanos parle bien de ça :

Il serait intéressant de calculer l’influence de l’abaissement de la température sur la longueur des heures. Une éternité s’écoule avant l’apparition du plus petit signe avant coureur de l’éventuelle naissance d’un jour futur. Une autre éternité est indispensable pour que le jour se manifeste.

Je tombe à 7h30 sur un hôtel qui sert le petit-déj. Mon cerveau sait ce qu’il veut demander (un café) mais les mots n’arrivent pas jusqu’à mes lèvres. Probablement le froid. Le gars essaye d’interpréter mes gestes et me ramène un canard. Non. Il  repart et revient avec un lecteur mp3. Non toujours pas. On va pas y arriver. Je prends un crayon et lui dessine un paysage brésilien avec des cultivateurs. Ca y est nous nous comprenons. Je déguste le café. Les tremblements se calment un peu. J’attends que le soleil monte dans le ciel et me remets en selle.

macon_ventoux_48h_mai_2019-8

Entrer une légende

A 9h je fais tomber les gants et c’est parti pour une magnifique mâtinée de Drôme provençale. Dévorage de bitume à flanc de collines. Je bouffe du paysage à discrétion. Les habitations ici commencent à faire très « sud ».

Je prends un plaisir non dissimulé à être ici, à faire cela. Mais bon à faire joujou avec les pentes et les braquets sous ce soleil radieux il ne faudrait pas oublier que dans quelques heures je dois me taper le Mont Ventoux.

macon_ventoux_48h_mai_2019-10

On le voit de loin le gaillard (en haut à droite)

Après 140 kilomètres à cruiser tranquillement j’arrive à Bédoin à l’heure du déjeuner, au pied du colosse. Je m’installe à une terrasse et demande un truc copieux à manger. Ils me servent un plat de pâtes carbonara ultra-généreux (le stock de lardons de la région a du en prendre un coup). Le truc parfait qui recharge mes accus à 110%.

Tiens j’ai chopé des coups de soleil ce matin!

En fait je ne comprenais pas trop ce qu’ils lui voulaient au Ventoux. Ventoux par ci, Ventoux par là … J’attaque la montée, qui monte … (ouh) … dru. Au bout de 5 mètres je suis déjà sur le plus petit braquet et – pire – je force dessus.

ScreenHunter 84

Dsl pour le filigrane

Pas une seule seconde la pente ne faiblit. Juste une côte de malade qui trace << dré dans le pentu >> et n’en finit pas de casser les mollets jusqu’au sommet 1600 mètres plus haut.

Bon il faut qu’on s’organise. Pause.

  1. Boire un bon coup (mais garder assez d’eau jusqu’au chalet Reynard)
  2. Remettre la musique (je l’arrête en journée à cause des voitures)
  3. Modifier les champs de données du GPS pour désormais afficher l’altitude

Toutes ces dispositions appliquées j’y vais calmement, méthodiquement, en fixant des objectifs par paliers de 100 mètres de montée. Ca me rappelle la traversée des Pyrénées (de l’Atlantique à la Méditerranée) réalisée il y a quelques années. Je retrouve mes marques.

ScreenHunter 85

Euh … dsl pour le filigrane

Je ne sais pas quelle espèce de plaisir les gens peuvent trouver à faire les forçats dans une montée, mais j’aime aussi.

macon_ventoux_48h_mai_2019-11

Mission complete! Stop watch. 48h. Youhou!!

Épilogue

Et maintenant la désescalade du géant par un autre gars qui a l’air d’apprécier la vitesse (pour ma part c’était beaucoup plus raisonnable!).

Les jours suivants seront un peu moins sexy côté météo, ce qui ne me fait pas regretter d’avoir jeté mon dévolu sur le début de semaine.

macon_ventoux_48h_mai_2019-12

Le ciel mercredi

Retour lent à Paris, à coups de TER (pour ne pas avoir à démonter le vélo).

macon_ventoux_48h_mai_2019-13

Escale à Avignon au retour

macon_ventoux_48h_mai_2019-14

C’est ici qu’on danse ?

La future traversée express de la Suède commence à se matérialiser dans mon esprit.

la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_6

Le Pays de Bray à vélo

la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 1
Le pays de Bray


Je revois cette journée en pays de Bray comme un songe. Rétrospective d’un trajet vécu en 2016.


Le projet


Réveil naturel à 04 AM. La météo annonce une température clémente, un vent puissant vers le nord, pas de pluie et quelques éclaircies. Donc billet de train aller pour Beauvais, billet retour de Dieppe, un bon livre dans les bagages et GO. Cet après-midi je suis au bord de la mer!


la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 2
The trajet


Le départ


Gare de Beauvais. Un petit réseau de pistes cyclables me fait sortir de la bourgade et me place sur l’avenue verte. C’est une fine bande de bitume déserte qui court pendant 35 bornes entre des rangées d’arbres. On arrive ensuite en plein cœur du pays de Bray : la piste s’ouvre sur de petites routes départementales boueuses et désertes pendant une trentaine de bornes, faisant franchir de beaux vallons. Puis retour de la bande de bitume jusqu’à Dieppe.


La soufflerie


Avec ce vent dantesque qui n’en finissait pas de me pousser au cul, j’ai enquillé le parcours en mode avion de chasse. Les (beaux) paysages défilaient comme depuis la vitre d’un train. Les arbres pliaient, les éoliennes tentaient de s’extraire du sol pour également profiter de ce beau voyage.


la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 3
De la campagne (avec un tracteur au premier plan)


Tout cela dans un isolement plus isolé que le périph. Les vallées sont très larges et – parfois – on aperçoit des voitures au loin sur une route à voitures. Entre midi et deux quelques promeneurs avec chien au bout de la laisse … à 2 mètres du sol (avec ce vent, ils promènent surtout un ballon). J’ai également croisé un groupe de cyclotouristes.


la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 4
Du ciel et de la campagne


Le pays de Bray


Question animaux, vu foultitude d’oiseaux luttant avec le vent, lapins, vaches, chevaux, moutons, chèvres et poules. On notera que plus on s’approche de la mer plus il y a de poules. Pareil, je ne sais pas s’il y a un lien technique, mais les maisons sont de plus en plus rouges au fil du trajet.


Pour avoir séjourné en Angleterre, j’avais vraiment l’impression d’être dans la campagne anglaise. Je crois que mon réchaud va servir à faire du thé lors de mes prochaines escapades.


la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 5
Du ciel


Et au bout de la soufflerie la mer. Bien agitée, verte, iodée, belle. Je me pose sur la plage de galets et me laisse bercer par le spectacle.


la_zone_bleue_voyage_velo_veloroute_paris_londres_pays_de bray 6
Dieppe

Articles plus anciens